Identification

Email :

Mot de passe :

Mot de passe oublié


"Conformément aux règles du code de déontologie de la profession, certaines rubriques de ce site ne sont accessibles qu'avec l'identifiant et le mot de passe que votre vétérinaire vous a délivré lors d'une consultation."

Actus Clinique

Consultez les dernières actualités de votre clinique vétérinaire

Accueil > Actualité générale

La médecine préventive

MÉDECINE PRÉVENTIVE : QUEL INTÉRÊT POUR MON COMPAGNON ?

 
La prévention est une préoccupation universelle, puisque la connaissance des risques et l’information sont accessibles à tous.
Dans de nombreux domaines, cette prévention s’applique, avec la mise en place précoce de moyens de détection. Ainsi on n’attend plus la panne pour faire contrôler son véhicule.
En matière de santé, donc aussi pour nos animaux de compagnie, la prévention est utile. En effet de nombreux problèmes connaissent une évolution silencieuse avant d’apparaitre de façon symptomatique.
Souvent aussi, lorsque les symptômes apparaissent, la maladie est devenue importante, parfois irréversible, alors que détectée plus tôt, des moyens auraient pu être mis en œuvre, au moins pour limiter l’évolution, sinon pour empêcher la maladie d’apparaitre.
 

Qu’est-ce que la médecine vétérinaire préventive ?

 
La médecine préventive repose sur deux axes principaux :
Le dépistage le plus précocement possible des maladies ou déséquilibres internes pouvant conduire à des troubles entrainant une perte de qualité de vie, et au pire diminuer l’espérance de vie.
Le second axe, basé sur le conseil de votre vétérinaire consiste à prévenirdes troubles aigus et graves, comme par exemple certaines maladies infectieuses.
La vaccination contre les maladies de votre compagnon fait partie intégrante de la médecine préventive, au même titre que les conseils d’hygiène, en nutrition, la lutte contre les parasites ou l’activité.

 
La médecine préventive durant la croissance:

 
Le jeune âge est une période cruciale pour l’avenir de votre compagnon. Des erreurs dans la conduite de la croissance peuvent provoquer des désordres qui peuvent faire perdre des années de vies à votre chiot ou chaton.
Au cours de ces visites, il évaluera avec vous les risques de maladie infectieuses pour préparer le plan de vaccination adapté (parvovirose, maladie de Carré, hépatite de Rubarth, leptospirose, piroplasmose, leishmaniose, toux de chenil chez le chiot, Herpès virose et calicivirose, typhus à parvovirus ou panleucopénie, leucose, chlamydiose chez le chaton).La prévention des parasitismes internes et externes est également importante chez des jeunes encore fragiles. En effet, si le parasitisme est néfaste chez l’adulte, il peut avoir des conséquences graves chez le chiot et chaton.
Les parasites intestinaux peuvent ainsi priver votre compagnon de nutriments indispensables pour sa croissance, comme certaines vitamines, mais aussi provoquer des lésions de l’intestin qui pourront avoir des répercussions tout au long de la vie.
Les parasites externes, peuvent quant à eux transmettre des maladies(les tiques transmettent la maladie de Lyme et la piroplasmose chez le chien), les puces peuvent transmettre des parasites internes (taenia), et provoquer des allergies.
Il est donc ainsi recommandé de présenter régulièrement le jeune animal à votre vétérinaire.
Les premières visites sont aussi l’occasion de faire le point sur le développement comportemental du jeune chien et du jeune chat. Il est en effet très important de déceler aussi tôt que possible un comportement anormal et de remettre votre compagnon dans le droit chemin. Un comportement anormal sera beaucoup plus compliqué à corriger chez l’adulte.
Certaines maladies d’origines génétiques (anomalies de l’œil, maladies cardiaques etc.) peuvent être décelées très tôt, et faire l’objet de test génétiques et de prises en charge médicales précoces éventuelles.
La dentition doit également être évaluée.
Parfois une radiographie (évaluation des articulations, en particulier coudes et hanches chez les chiots de grandes races), ou une échographie (cardiaque et/ou rénale pour certaines races de chiens et de chats) peuvent être nécessaires pour déceler au plus tôt une anomalie.
Enfin, l’évaluation de la croissance et l’adaptation de l’alimentation sont indispensables chez les jeunes.L’avenir reproducteur est aussi à envisager. Il est maintenant établi que la stérilisation précoce présente des intérêts pour les chiennes et les chattes.

 
Chez l’adulte, la médecine préventive a-t-elle un intérêt ?

 
Bien sûr ! La croissance achevée, l’adulte encours toujours un certain nombre de risques. Il ne faut pas en particulier négliger de continuer le plan de vaccination. Certains vaccins ne protègent votre compagnon qu’une année.
Les parasites peuvent toujours causer des troubles importants, qu’ils soient internes ou externes.
Nos modes de vie conduisent aussi à une vie sédentaire. Chez le chien, cela peut se traduire par une limitation de l’activité, et secondairement à une prise de poids insidieuse, qui fait à son tour le lit d’autres maladies comme le diabète, l’arthrose etc.
Chez le chat, en plus de ces risques, on peut avoir à déplorer des troubles comportementaux, et des troubles urinaires (obstructions, cystites).
Votre vétérinaire, au cours de la visite annuelle de santé, évalue la condition corporelle de votre compagnon et vous conseille alors sur les mesures d’hygiène, d’activité, et sur l’alimentation (aliment, rythme de distribution) la plus adaptée pour limiter ces risques.
L’hygiène bucco-dentaire est un élément important à évaluer chez le jeune adulte. Les germes présents dans la plaque dentaire peuvent « migrer » vers le cœur, les reins, le foie etc. et favoriser des lésions irréversibles de ces organes vitaux, obérant ainsi la longévité de votre compagnon.
Votre vétérinaire et son équipe vous conseillent aussi sur la meilleure action préventive à mettre en œuvre.
 

Mon chien ou mon chat sont seniors...que peut-on encore prévenir ?

 
La médecine préventive est encore plus importante chez le chien ou chat senior.
On considère qu’un chat est senior vers 8 ans.
Chez le chien, cet âge dépend du format, vers 6 ans chez les grandes races (5 ans pour les races géantes), et plus tard, vers 8 ans pour les chiens de petits formats.
A partir de cet âge les effets du vieillissement sont déjà présents tout en demeurant peu visibles.Leur évolution silencieuse peut être pernicieuse, et déboucher sur la découverte de maladies déjà très avancées lorsque des défaillances apparaissent.
Les maladies rénales chroniques par exemple sont parfois découvertes très tardivement alors que le tissus rénal est fortement endommagé, et ce de façon irréversible. Le propre des maladies dégénératives de l’animal vieillissant est justement d’être chroniques, irréversibles, évoluant souvent par crises. Donc les détecter le plus tôt permet de mettre en place une prise en charge adaptée pour en limiter l’évolution.
L’arthrose (90% des chats de plus de 12 ans en sont atteints, sans pour autant que leur propriétaire en prenne conscience !), les maladies rénales chroniques, les affections cardiaques, des maladies endocriniennes (9% des chats de plus de 10 ans sont hyperthyroïdiens), peuvent être découvertes très tôt.
Votre vétérinaire pratique pour cela un examen clinique plus poussé, et a besoin de réaliser une analyse d’urine, une prise de sang et dans certains cas prendre la tension artérielle ou réaliser une radiographie ou une échographie.
La prévention chez le chien ou le chat senior passe par la continuation du plan de vaccination, la lutte contre les parasites, et aussi par une alimentation adaptée.
Une étude récente a montré qu’une alimentation enrichie en huiles de poisson (source d’EPA et DHA, acides gras oméga3 indispensables), en antioxydants et favorisant la santé de la flore digestive permet de gagner en moyenne un an d’espérance de vie chez le chat de plus de sept ans, et réduit par trois les maladies dans les premières années de l’âge senior !
 
 
Investir dans la médecine préventive peut permettre d’éviter et de déceler au plus tôt des maladies chez votre chien ou votre chat. La médecine préventive que votre vétérinaire et son équipe mettent en œuvre au cours de visites régulières chez le jeune, puis annuelles chez l’adulte, enfin bi-annuelles après 10 ans, contribuent très fortement à améliorer la qualité de vie de votre compagnon, et à lui offrir une espérance de vie augmentée. N’hésitez donc pas à questionner votre équipe vétérinaire sur le meilleur plan de prévention pour votre compagnon...quel que soit son âge.

Contact

Clinique vétérinaire • soins • nouveaux animaux de compagnie • chirurgie • canins • félin • bien-être

Site réalisé par Vetoonline